5ème opus de la série Discos Del Quebranto, ce split EP chez Brokntoys accueille 5 titres tournant toujours autour de la musique de club. Aux commandes des faces A et B, le lyonnais Gil.Barte et le Bruxellois Lostsoundbytes, tous deux têtes pensantes d’un label, le premier est derrière KUMP, le second est derrière Vastechoses. Le label lyonnais KUMP, qui vient d’ailleurs de sortir un V/A détonnant, est également coupable d’une release de HLM38 qui nous a signé un Ten Essentials.

Gil.Barte / Lostsoundbytes on Brokntoys DDQ serie

Artwork by Thibaut de Wolf

Gil.Barte, son fondateur, a une résidence mensuelle sur la radio d’OKO DJ, LYL Radio, avec son show Methodrone où se croise ses influences entre downtempo, cold wave et EBM, expérimentale et dub techno. C’est d’ailleurs lui qui ouvre les hostilités avec une bagarre mécanique et harassante, qui vient nous saisir au corps et ne plus nous lâcher. Le track « Guédé » dégage des vibrations de stoner rock sous psychotrope (selon les gars de Brokntoys, celle-là on ne l’a pas inventée : « Kyuss-ala-PCP throb » disent-ils). Le morceau « Egareur » , un poil plus deep dans l’esprit, est ce genre de morceau qui ronge nos nerfs avec des voix d’outre-tombe, provenant d’univers parallèle sous couvert de glitchs métalliques assaillant l’esprit. L’univers est sombre, l’atmosphère est au club, le rythme est entrainant. On se laisse rapidement aller jusqu’à la fin de cette première face à la fois complexe et complète.

La face B démarre par un changement de rythme, il s’accélère, Lostsoundbytes a pris les commandes d’un club déjà plus tendu où se croise une pointe d’EBM avec une acide saturée et grasse. Les snares viennent marquer un tempo énervé et saupoudré de rides distordues. Le track « Sell the fear » annonce la couleur d’un jeu de textures. Le Bruxellois dont l’univers verse rapidement dans une sombre synth-wave ésotérique avec le titre « Sun’s Anvil » ravive des sonorités orientalisantes autour de voix déformées, ces dernières semblent d’ailleurs vouloir nous signifier quelques choses d’insaisissables. Pour clore la face B Lostsoundbytes déroule le titre plus calme mais pour autant intense « Madness Of The King Court » . Basé sur un motif entêtant, apaisé, les synthétiseurs viennent tour à tour narrer une histoire d’un temps passé, futur ou présent, ineffable.