À l’occasion de la sortie du clip de son single « I Still Care » nous avons demandé à Aurélien aka Saint DX de nous parler de ses cinq influences artistiques majeures. C’était également le moment de lui poser deux trois questions afin d’en savoir un peu plus sur le personnage qui se cache derrière cet alias.

Peux-tu te présenter et nous parler de ton projet Saint DX ?

Saint DX est un projet où j’essaie d’être le plus transparent possible. Je suis allé à la source de toutes mes inspirations les plus profondes. Je travaille avec beaucoup de sonorités qui m’ont façonnées en tant qu’adolescent. J’écris principalement tout le temps des chansons d’amour même si chacune d’entre elle cache une anecdote bien précise à chaque fois.

De quelle manière la synthèse FM inspire-t-elle ta musique ?

Je recherchais un son de basse en particulier. Celui de la chanson Take my Breath away de Berlin (B.O. de Top Gun). J’ai découvert que c’était un DX7 et je suis allé en acheter un directement. En fouillant un peu dans les presets du synthé, j’ai su immédiatement que j’avais envie d’en inclure la majeure partie dans mes chansons. J’aime utiliser les presets tel quel. Je les modifie à peine pour la plupart. J’aime sentir qu’un ingénieur japonais, quelque part dans les années 80, a passé un temps fou à rechercher ce son pour en faire quelque chose qui ne ressemble même pas à un sax ou un instrument acoustique. Outre le DX7, j’utilise aussi beaucoup le Korg M1.

Comment envisages-tu la mise en image vidéo de ta musique, notamment avec le clip « I Still Care » ?

J’avais envie que cette vidéo me ressemble. Qu’elle soit en quelque sorte la photographie d’un instant de ma vie. Entouré de personnes qui compte pour moi et de mes objets fétiches. Elle est aussi réalisée par des amis proches (Therese).

Comment as-tu appréhendé le travail autour des remixes de D.K. et de Too Smooth Christ ? 

Mon label Cracki Records a fait un super travail autour de ces remixes. Je leur ai donné carte blanche et ils ont demandé à D.K. et Too Smooth Christ. J’aime beaucoup chacune de leur relecture de la chanson.

Chacun de ces remixes est très différents, entre eux et par rapport à ton morceau original, qu’est-ce qu’ils apportent selon toi ?

Too Smooth donne envie de se lever de son siège tandis que le remix de D.K. me donne envie de m’allonger sur le dos.

Les 5 influences artistiques de Saint DX :

Ryuichi Sakamoto – Furyo Soundtrack

Une des première B.O. sur laquelle je suis tombé. Petit, mes parents avait un double cd de musique de film et je me passais en boucle celle-ci sans même savoir de quel film elle sortait ni qui l’avait composé. Le nom Saint DX est finalement un hommage à peine déguisé à Sakamoto, le saint des saints.

Zelda : Ocarina of Time

Le jeux vidéo qui m’a le plus marqué et qui continue à influencer ma musique tous les jours. J’ai passé au moins six longs mois à travers tous les dédales d’Hyrule. J’y ai rejoué et l’ai terminé un peu avant la sortie de la première chanson de Saint DX.

Chuck Person – Eccojams vol 1

Une claque. Daniel Lopatin passe son temps à jouer avec les codes de la musique contemporaines. 

Eloge de l’ombre – Junichiro Tanizaki

Tanizaki - Eloge de l'ombre

Un des plus beaux essais sur le Japon. Sur leur sens de l’esthétique. Le développement sur la femme japonaise est par contre bien choquant lorsqu’on le relit aujourd’hui.

Moby – Porcelain

Le premier CD que je me suis acheté. Je me souviens avoir trouvé la pochette si moche à l’époque… Je l’avais acheté uniquement pour écouter Porcelain en boucle.