Nous y étions : le Climax Festival 2017 !

Cette année encore nous avons eu la chance de vivre l’expérience Climax Festival 2017. Nouveau nom (l’Ocean a disparu), nouveau lieu, nos repères étaient quelque peu chamboulés. Néanmoins, une programmation éclectique et variée plaçait la barre haut. Tous publics, le festival s’inscrit une nouvelle fois rive droite, au parc Palmer au sein de la ville de Cenon. Une fois la sécurité passée, et notre pass retiré, nous nous dirigeons vers ce qu’il semble être le coeur du site.

Encore un barrage, le temps de biper notre bracelet et pass cashless, et nous voilà face au petit château du parc Palmer. C’est joli, lumineux et bien décoré. Des tables, des chaises, des structures et une tripotée de foodtrucks sont présents. Sur notre gauche la grande scène Palmer, un peu devant nous la scène du théâtre face à l’amphi de verdure, et sur notre droite la scène Nova. Ok, nos repères sont repris.

Photo de l'ambiance du Climax Festival 2017

Climax Festival 2017 – 1er Jour

Nous nous dirigeons sans plus attendre vers la scène Palmer où se produit Peter Doherty. Le timbre de voix est inchangé, il est toujours aussi grand que la dernière fois. Cette fois-ci, ce n’est pas un duo guitare / voix qu’il propose seul puisqu’il est accompagné d’un groupe. C’est parfois un peu brouillon, un peu hésitant, mais cela fonctionne toujours lorsqu’il reprend ses hits. « Fuck Forever » nous a instantanément replongé dans notre adolescence rebelle.

Un très bon point : il y a de la place et la scénographie ainsi que les jeux de lumières sont intéressants. Le concert se termine gentiment avant que ne reprenne la scène du théâtre. Les deux lieux se suivent et sont près l’un de l’autre : pas une minute à perdre.

Photo de Peter Doherty au Climax Festival 2017

Peter Doherty au Climax Festival 2017

Nous faisons un tour sur le site puisque nous n’avons pas vraiment eu le temps de nous balader. Nous découvrons beaucoup de décoration à base de récupération de cagettes avec des lumières jaunes, rendant un lieu chaleureux proche d’une guinguette romantique. Charles X entame sa sérénade sur la scène du théâtre tandis que nous partons en quête d’un repas. Le temps de faire la queue, assez rapide cela dit, et de manger, nous manquons Charles X. Heureusement, nous l’avions déjà vu et apprécié à plusieurs reprises sur Bordeaux. Nous filons donc directement sur la scène Palmer pour voir La Femme.

Photo de Charles X et de la foule au Climax Festival 2017

Nous n’avions pas encore eu tous la chance de voir La Femme jusqu’alors, et c’est bien dommage. Le groupe énergique distille des vibes positives et aériennes, parfois psychédéliques et toujours électroniques. Les rythmes endiablés embrasent la foule et l’on danse, on chante. Une véritable vague de chaleur s’empare du parc, et les sourires se font sentir sur les visages. Les titres et les tubes s’enchainent, on y croise entre autres « Mycose » , « Septembre » , « La planche » , ou encore « Sphynx » .

Photo de La Femme au Climax Festival 2017

C’est au tour du légendaire Paul Kalkbrenner de prendre les commandes du festival. Derrière un set-up live, il envoie les vibes de sa techno berlinoise. À la surprise général, Paul K nous assène un remix de Stromae. Hésitant, nous n’arrivons toujours pas à savoir ce que nous devons penser de sa performance. En dents de scie en fonction des titres qu’il joue, car il faut bien admettre que certains de ses tracks sont monumentaux, nous resterons en suspens !

Première journée, et nous sommes loin d’être déçus. Nous retenons principalement l’incroyable performance de La Femme, et le plaisir d’avoir retrouvé notre idole de jeunesse Peter Doherty.

Climax Festival 2017 – 2ÈME Jour

Bien plus ancré dans la nostalgie de notre adolescence, ce deuxième jour oscille entre nos quinze ans et une touche de contemporain. Effectivement, Paradis, The Kooks, Polo & Pan, Franz Ferdinand et Jacques sont à notre programme. Nous arrivons un peu trop tard pour apprécier pleinement la performance de Paradis, mais nous avons le temps de nous placer correctement pour The Kooks. Les lads anglais sont rodés, et leur pop fonctionne toujours. On s’y croirait presque, à nos premiers émois adolescents. On retrouve les titres phares du groupe, et quelques nouveautés (si l’on ne s’abuse, nous ne sommes plus spécialistes …). « Seaside » , « Naive » , « Ooh La » , « Always Where I Need To Be » étaient bien présentes !

Photo de The Kooks au Climax Festival 2017

Nous nous dirigeons pour voir Polo & Pan en live sur la scène du théâtre. Nous avons tous vibré sur leurs tracks ensoleillés à l’odeur de plage isolée et de monoï. Il n’y avait donc pas de raison de ne pas se réchauffer un peu. « La Canopée » , « Nana » , « Dorothy » , « Plage Isolée » , tout y passe et le public réagit. C’est impressionnant de voir la foule au pied de la scène, s’étaler tout au long de l’amphithéâtre. Nous restons en haut, au calme, et nous apprécions le spectacle visuel et humain qui se dégage de l’expérience.

Photo de Polo & Pan au Climax Festival 2017

Franz Ferdinand est désormais attendu sur la scène Palmer. Le groupe nous a bercés depuis maintenant plus de 10 ans, et les titres et les tubes sont légions. C’est la première fois que nous allons les voir, et nous sommes très heureux ! La performance est millimétrée, les morceaux sont parfois un peu revisités, pour notre plus grand bonheur. « Michael » , « Dark Of The Matinee » , des chansons nouvelles et bien évidemment « Take Me Out » et « Ulysses » !

Franz Ferdinand au Climax Festival 2017

C’est alors au tour de l’O.V.N.I. Jacques de se présenter au public du Climax Festival 2017. Seul, sa coupe de cheveux étrange, avec une multitude d’objets. Et c’est ainsi que Jacques compose en direct pour le plaisir des auditeurs. Nous nous asseyons afin de profiter de l’instant suspendu. De temps à autre un kick nous réveille, mais nous nous laissons envoûter tranquillement par le flot de sa musique. Contemporaine, perchée, étrange, fascinante, nous avons entendu beaucoup d’adjectifs divers pour présenter son oeuvre. Mais elle fonctionne, et c’est tant mieux !

Photo de Jacques au Climax Festival 2017

Nous sommes partis juste à la fin de son concert, car nous avions des obligations matinales samedi. Malheureusement, ou pas selon certains, nous avons manqué la prestation de Kungs.

Climax Festival 2017 – 3ÈME Jour

Nous arrivons assez tôt afin d’admirer le phénomène Omar Souleyman. Découvert il y a un moment grâce à une compilation Acid Arab, nous n’avions pas encore eu la chance de le voir. C’est chose faite, et il assure. Les sonorités orientales mélangées à une musique électronique vive nous donnent des frissons. La voix de l’artiste nous transporte et nous dansons. Il fait encore jour, encore beau, et nous nous disons clairement que ce samedi démarre sur les chapeaux de roues. En tenue traditionnelle, le spectacle est complet.

Photo de Omar Souleyman au Climax Festival 2017

Toujours dans l’esprit musique du monde, nous découvrons directement par la suite Amadou & Mariam sur la scène du théâtre. Accompagnés de leurs artistes, les deux assurent un show impressionnant. Les titres s’ensuivent et s’envolent, leurs voix transcendent, et le public est heureux. Beaucoup d’amitié, de danse et de sourires se font sentir. Quelques légères averses entachent le concert, mais ce n’est pas encore trop important. Il fait encore bon, et « Dimanche à Bamako » résonne sur le site du Climax Festival 2017 !

Photo de Amadou et Mariam au Climax Festival 2017

Morcheeba débarque sur la grande scène, et le public répond sérieusement présent. La voix enchanteresse mélangée aux instruments ciselés du groupe donne un rendement exceptionnel. On se laisse bercer, porter, envoûter sur les titres, voire les hits, de Morcheeba. On reconnait « Otherwise » , « Blindfold » et « The Sea » , entre autres, tandis que certains morceaux nous échappent. Nous faisons le plus rapidement possible un tour pour choper quelques bières et recharger notre cashless.

Morcheeba au Climax Festival 2017

Ensuite, c’est au tour de The Pharcyde qui ont tout simplement fait ce qu’ils font de mieux. Un hip-hop oldschool dansant et scratché, avec leur charisme, captivant le public comme rarement. Une onde unique et chaleureuse a rempli le théâtre de verdure, laissant une vibe groovy s’emparer de l’instant. Nous ne restons pas longtemps, la pluie nous a contraints à nous abriter pour protéger les appareils photos.

Le S-Crew, clou du spectacle ?

S-Crew au Climax Festival 2017

21h35, la scène Palmer est le théâtre d’un attroupement impatient. S-Crew peut débarquer à tout moment et l’abat d’eau ne fait fléchir personne, trempés et serrés les uns contre les autres, on a hâte de voir les lumières s’éteindre. C’est chose faite, et les quatre compères surgissent sur le devant de la scène avec une énergie incroyable et clairement communicative. On est montés sur ressort pendant une grosse heure, profitant des tubes de leur album ‘Destins-liés’ mais aussi d’anciens morceaux nous ramenant à l’essence même de l’Entourage.

Photo de S-Crew au Climax Festival 2017

Des exclus ont été réservées spécialement pour l’occasion, et le S-Crew interagit avec nous tout au long de cette prestation. Les festivaliers semblent connaitre chaque parole et s’électrisent dès les premières notes ! Le spectacle se transforme en show de haute voltige dès lors qu’ils décident de déambuler sur la foule, dans des bulles géantes, pendant plusieurs minutes afin de clôturer en beauté cette rencontre. Les fidèles sont comblés et les sceptiques convaincus.

Climax Festival, nous espérons te revoir !

Nous rentrons après cet incroyable moment malheureusement trempés par les averses qui ont ponctué le concert de S-Crew. Le festival est une belle réussite et le lieu est certainement plus onirique désormais. Nous espérons pouvoir revivre cette expérience l’année prochaine. À bientôt, cher Climax Festival !