Vendredi 20 mai annonçait pour une certaine partie des bordelais un week-end de festivités. Hors Bord Festival voyait enfin le jour, auprès de la fameuse grue Wellman. Non loin de l’I.Boat, sur la plaque de béton cernée d’eau, en face de la base sous-marine, le cadre est particulier. On rentre dans l’enceinte du festival aux alentours de 18h45 pour être à temps afin de découvrir le premier artiste. Des formes géométriques de couleur disposées un peu partout, plusieurs bars histoire de fluidifier les mouvements, les fameux tokens à l’effigie du festival, nous savons que nous sommes à Hors Bord. Nous faisons un tour pour découvrir les lieux, les boutiques, le coin chill, les bornes de recharge, toutes ces petites découvertes dans un décor éco-responsable et design nous ravissent. Let’s go !

WhoMadeWho en live au Hors Bord Festival

Crédit : Nico Duff Photography

Hors Bord Festival – Day 1

Le nantais Lenparrot a ouvert le bal avec une touche électronique sensible et puissante, à la fois mélodieuse et envoûtante. Il assure un spectacle impressionnant et nous permet la découverte de son nouvel album sur quelques morceaux qu’il est entrain d’écrire. Nous avons même eu droit à de petits moments d’improvisations maîtrisés. Surprenant et légèrement sensuel, le chanteur enchante avec sa voix exceptionnelle qui nous fera penser à Chris Martin sur ce point, même si l’on sent que les influences de Depeche Mode sur l’instrumental ne sont pas très loin.

Bonnie Banane a pris le relais, deuxième formation que nous découvrons et une formule unique : une voix et une personne aux machines pour l’instrumental. Nous découvrons alors des rythmes à la croisée des genres entre hip-hop, r’n’b, trap et breakbeat, le tout distillé derrière un flow propre et entêtant. Les gens arrivent petit à petit et le devant de la scène se remplit. La lumière baisse et les derniers rayons de soleil finissent de nous bercer, il fait doux, le Hors Bord s’annonce bien.

Du monde, beaucoup de monde arrive, le soleil décline quant à lui sérieusement et la foule s’est amassée devant la scène Wellman. Babe débarque, nous sommes ravis de voir autant d’enthousiasme pour le festival des cultures électroniques. Le concert commence, les têtes se mouvent petit à petit et nous nous laissons entrainer par le groupe. Hors Bord s’échauffe, Babe complique les choses. Ils délivrent une performance puissante, entre rock et musique électronique, entre new wave et pop. Vous pouvez par ailleurs retrouver le couché de soleil du premier jour d’Hors Bord sur la page Facebook du festival.

⚓️ @whomadewhoofficial clôture cette première soirée du @horsbord festival ⚓️ #Bordeaux #BordeauxMaVille #HordBord

A post shared by T B C L | Webzine (@thebluecornerlounge) on

Nous y voilà, le concert de clôture. WhoMadeWho débarque sur la grand’ scène et ont l’air surexcité. Nous aussi ! On se dépêche d’arriver au milieu, un peu derrière la fosse histoire d’être à l’aise, et nous ouvrons grand les yeux. Le concert s’annonce épique, entre guitare lascive, basse punchy et batterie expéditive. Les voix s’emmêlent et s’enroulent dans un flot discontinu car le guitariste et le bassiste chantent tous les deux. Bordeaux est loin d’être la Belle Endormie, aujourd’hui elle s’est réveillée et a dansé. Ce concert est massif, impressionnant tel l’impressionnisme et nous nous en souviendrons. C’est une communion particulière à laquelle nous avons assisté, et nous avons vibré à l’unisson. Le concert se termine, et Florian Gauthier a repris du service. Des platines, Pierre Louis (de la team Roscella Bay) avec qui il est en b2b, et de la Techno, de la House, de l’Acid. Nous nous régalons avec ce before improvisé avant de courir à l’I.Boat voir Vril (Live), Antigone et Loner.