Mouillez-vous pour les océans ! C’est le slogan de l’Ocean Climax Festival depuis l’année dernière, et une fois encore les artistes et conférenciers étaient au rendez-vous pour clamer haut et fort l’importance des enjeux de l’océan dans les débats environnementaux. Pour cette édition, le site du festival a accueilli plus de 27 000 personnes pour quatre journées de musique, de conférence et de fête. Il faut dire que la grande liesse qu’est l’Ocean Climax Festival est plutôt bien ancrée dans le paysage culturel bordelais, car plus qu’un rendez-vous annuel, c’est véritablement un rassemblement dans un but commun. Avec de nombreux artistes répartis sur deux scènes, mais également des personnalités connues comme Edgar Morin, Nicolas Hulot ou encore Marion Cotillard, le festival signale à tous l’urgence climatique, mais également ses déclinaisons et ses conséquences sur l’environnement.

Metronomy DJ Set Ocean Climax Festival

©TBCL

Avant d’accéder au site du festival, on récupère le fameux bracelet cashless. Attaché au poignet et chargé de quelques euros, on se lance ! On remarque immédiatement l’importance de l’aspect écologique du festival : Tri et recyclage optimisés, alimentation bio et locavore, bière bio brassée sur place et énergie renouvelable. Bref tout est pensé pour sensibiliser le festivalier .

Une soirée d’ouverture a été prévu le jeudi soir, une collaboration entre le festival We Love Green et l’Ocean Climax Festival, c’est sous le Vortex des architectes 1024 qu’ont défilé À l’eau soundsystem, Feynmann, Metronomy DJ Set et Darius (une étoile de l’écurie Roche Musique). Il faut dire que le lieu se prête amplement aux réjouissances, une concoctions de musique électronique sous la halle du Magasin Général de Darwin, des DJ placés devant une structure en bois ultra-futuriste connu sous le nom de Vortex, et deux génies de la lumière (les architectes 1024) qui animent et habillent leur vortex de mille feux. La foule était d’ores et déjà au rendez-vous, présent pour danser et fêter ensemble l’ouverture de cet événement fort attendu. On se prête au jeu dans une ambiance cocooning sous les lueurs bleutées et rouge orangées, et nous attendons impatiemment le lendemain pour découvrir le site principal du festival. Se trouvant sur la place d’arme devant un immense bâtiment avec un aménagement prévu pour les foodtrucks ainsi que deux scènes. C’est prometteur !

Day 1 – Ocean Climax Festival :

La journée du vendredi est à l’image du festival : débats, arts, culture, concerts et glisse urbaine sont réunis , l’esprit de Darwin est bien au rendez-vous. La matinée est au débat ! Côté conférence la journée est axée sur deux grands thèmes : les énergies renouvelables et la protection des océans avec Nicolas HULOT comme principal intervenant. Côté expositions et performances, la programmation du jour jongle entre street-art et riders

Ocean Climax 2016

Le soir, c’est le début des concerts sur la scène de l’Etat Major et la scène Fresh Vibes. On entend déjà résonner au loin les guitares et les batteries, les coeurs et les voix des artistes sur scène. On débarque sur les coups de 19h30, découvrant avec émerveillement les structures métalliques faisant office de scènes, placées devant un bâtiment désaffecté recouvert de graffs en tout genre et agrémenté des jeux de lumières qui illumineront les nuits Darwiniennes. KEREN ANN envoûte déjà la scène Etat-Major et distille une musique aux accents folk que la foule apprécie, sans vergogne. Sur les coups de 20h10, nous nous dirigeons vers la scène Fresh Vibes afin de voir le concert de Papooz. Surf-rock, pointes électroniques, la musique très pop de PAPOOZ est en parfaite adéquation avec l’ambiance générale qui règne à cette heure-là à l’Ocean Climax Festival. Fin de journée, déclin du soleil, il fait encore très bon sur Darwin et nous nous laissons porter par les douces mélodies du groupe solaire.

Douceur avec @papoozband 🌴🌊 #oceanclimax #bordeauxmaville #festival

A post shared by T B C L | Webzine (@thebluecornerlounge) on

C’est alors au tour de LILY WOOD AND THE PRICK de prendre les commandes de la place d’arme. Etant l’une des prestations les plus attendues de l’Ocean Climax, le célèbre groupe pop français a retrouvé un public au rendez-vous, une immense masse festive se mue en un choeur sur les refrains. Une énergie débordante et communicative du début à la fin.
En attendant l’arrivée de la talentueuse Selah Sue, on se dirige vers l’autre scène où joue déjà le groupe HER, un quatuor aux influences soul américaine qui nous délivre une prestation sensuelle pour le plus grand bonheur des festivalier, et le notre. A peine le temps de remplir notre eco-cup de ce doux breuvage qu’est la bière, que nous voilà déjà emporter par le mouvement de foule se dirigeant face à SELAH SUE. Etincelante et à son aise, elle nous embarque dans un voyage musical bercé par le son de sa guitare et sa jolie voix cassée. A notre grande surprise elle nous délivre  même quelques minutes de rap et on vous l’affirme c’était très bien exécuté. Bravo Selah !

Tout d’un coup un vent de fraîcheur et de charme débarque sur la scène Fresh Vibes, vêtue de tenue tropical et tout sourire le groupe L’IMPERATRICE commence son show. Une musique qui dépeint des paysages à coup de ce savant mélange entres instrument et machines électroniques, la passion pour le live les animent, ça saute aux yeux. Un moment idéalement placé avant l’arrivée des bordelais ODEZENNE. Pour terminer la soirée en beauté on se dirige en backstage de la Scène État-Major où commence tout juste le groupe, jouant à domicile, en communion avec ceux présents depuis leur début. On assiste alors à une prestation dominé par le rap mais aux accents jazz, electro et même rock. Les paroles d’Odezenne sonnent à l’unisson dans la foule et l’échange est entier. Une belle façon d’achever ce vendredi soir !

@odezenne_ clôture cette deuxième soirée à l'@oceanclimax #festival #bordeauxmaville #oceanclimax

A post shared by T B C L | Webzine (@thebluecornerlounge) on

Day 2 – Ocean Climax Festival :

DARWIN EN ALERTE : Une fois remis tant bien que mal de la veille, on se hâte à la conférence du samedi matin sur la justice climatique. Dans l’après midi c’est avec Edgard Morin, philosophe, sociologue et parrain de cette édition que se déroule la conférence la plus attendue du festival. Et surprise pour le public, l’actrice engagée Marion Cotillard était présente aux côtés de Monsieur Morin pour soutenir les projets mis en place.

Cette conférence amorce le lancement de « l’alerte de Darwin » en faveur de la transition énergétique : abandonner les énergies fossiles au profit des énergies renouvelables. Une conférence de haut-niveau pour éveiller les consciences. Les mots « s’adapter ou disparaître  » résonnent désormais en nous comme une alarme !

darwin alerte edgar morin

Après une après-midi instructive et porteuse d’espoir on a hâte de retrouver les artistes pour ce dernier soir de fête. Pas question de traîner, on compte bien profiter de tout ! Direction le site où on retrouve TEMPLES. Ces quatres britannique largement influencé par les Beatles, ont su s’imposer sur la scène bordelaise et ravir les nombreux amateurs de rock présent. Le surf-rock aux accents de psyché s’entremêlent sensuellement. Le chanteur intervient même à propos du climat et de l’Océan, de manière engagée. Une pause s’impose, on se laisse tenter par des Mojitos tout en profitant des canapés du coin presse, en écoutant au loin GRAND BLANC.

C’est au tour du duo français AIR de venir s’occuper de nous et de la scène principal, pour une de ses 4 dates en France. Le célèbre groupe nous offre des mélodies cosmiques, envoûtantes, avec leurs synthés et leurs riffs de guitare mais également des voix vocodées : c’est la French Touch, on y est. Un genre à l’origine de leur renommé international, à la croisée des mondes et des groupes contemporains. On comprend beaucoup mieux d’où vient la musique actuelle, nos sonorités. AIR, une synthèse.

L’effervescence grandit encore lorsque le groupe de hip-hop new-yorkais DE LA SOUL apparaît. Une prestance et une énergie colossale se font sentir, des légendes se tiennent devant nous. Le groupe se lance dans des freestyles rythmés au son des trompettes et des scratchs pour le plus grand bonheur du public, qui répond sans attendre et avec enthousiasme au « put y’a fukin handz up » – scandés tout au long du show. Pendant une heure entière Darwin avait des allures de States où le Hip-Hop est roi.

Put Ya Fukin Handz Up 4 @wearedelasoul // DAY 3 @oceanclimax #festival #bordeauxmaville #oceanclimax

A post shared by T B C L | Webzine (@thebluecornerlounge) on

La fin approche, le festival se vide légèrement mais TBCL n’est jamais synonyme de fatigue, on répond présent jusqu’à la dernière minute !

FKJ s’installe seul sur scène. Ce multi-instrumentiste alterne avec dextérité entre son piano, sa guitare, sa basse, son sampleur, et son saxophone. Une prouesse technique en live et un plaisir pour les oreilles. Des sonorités douces et suaves envahissent alors l’Ocean Climax Festival. On en profite pour se restaurer et reprendre des forces avant le dernier artiste, acteur du mouvement French Touch des années 90 : CASSIUS
On découvre une scène entièrement décorée qui nous rappèle leurs pochettes d’album « IBIFORNIA« , un volcan trône au milieu de l’État-Major, des palmiers s’agitent derrière une fumée artificielle, des chants d’oiseaux se font entendre : la scénographie est grandiose . On savoure pleinement cette dernière heure, portée par le son entrainant de Cassius et leur jeu de lumière. Autour de nous la joie reigne, on entonne « i love you so » tout en finissant notre dernier verre de Darwin Beer. Refusant la fin, le public réclame une toute dernière chanson.

La fête étant éphémère, on se dirige vers la sortie levant les yeux aux ciel une toute dernière fois pour voir les méduses fluorescentes suspendues comme par magie. Une haie d’honneur du staff guident les festivaliers vers la sortie, des sourires, des remerciements et de la bienveillance nous est transmis, le tout s’achevant par un clapping général !

Vivement l’année prochaine pour retrouver l’Ocean Climax Festival, désormais un rendez-vous incontournable dans l’agenda bordelais !

Ocean Climax 2016

 

Rédigé avec la complicité de Lucas Perrot.