Vendredi 28 octobre, les danseurs et passionnés de musique électronique étaient tous assez impatient, regardant l’heure s’écouler, attendant 18 heures avec hâte. Pourquoi ? Parce que l’IBoat présentait son premier événement au format Super Béton à la Base sous-marine. Résidence électronique et digitale, centrée autour de l’art numérique. Le bateau indépendant invitait à l’occasion Tale Of Us, Monoloc, Konkørd et Sevenfive. Le premier nom c’est ce duo italien fondateur du label Afterlife Records. Le deuxième, c’est le protégé de ce même label. Sevenfive est la moitié du duo Tuff Wheelz que l’on retrouve régulièrement pour des soirées à l’IBoat. De 18h à 20h, il a assuré un set ambient derrière les platines dans la salle de l’installation interactive du Studio 2roqs. Konkørd, quant à lui, c’est le résident du collectif Haïku et des soirées Rǝve à l’IBoat (John Talabot, Âme, Pional, Barnt et prochainement Bicep). Un très beau line-up que l’on s’apprête à voir oeuvrer dans une Base sous-marine allemande datant de 1941. Un décor en béton brut, habillé de lumières pour l’occasion, nous plonge directement dans un cadre atypique et très particulier. Le temps de finir nos cours, de rentrer poser nos affaires, et repartir, nous n’avons pas pu nous rendre sur les lieux avant 20h. En arrivant, nous découvrons déjà pas mal de monde sur place. Pas étonnant, 1000 passionnés sont attendus !

Super Béton : résidence digitale

Nous rentrons dans l’immense bunker, nous nous dirigeons vers le son. Avant d’entrer dans la salle où les artistes jouent, on découvre la fameuse installation interactive du Studio 2roqs. Elle est admirable depuis cette place de choix qu’est le bar. Une sorte d’anti-chambre aménagée, avec des fauteuils / tables en palette de bois en guise d’espace chill, et une projection qui se fait sur le mur du fond. Le principe est simple, il suffit d’envoyer un texto à un numéro projeté, et votre message s’affichera quelques secondes plus tard sur ce même-mur. Tout le monde y va de son petit mot, certains sont drôles, d’autres sont spéciaux, certains sont amoureux. C’est vraiment sympathique de découvrir cela, et le tout est accompagné de la musique des artistes !

TBCL was here 😎 Report #SUPERBETON à découvrir prochainement sur thebluecornerlounge.com

A post shared by T B C L | Webzine (@thebluecornerlounge) on

Super Béton : résidence électronique

Après avoir envoyé quelques messages et le logo de TBCL (notre ancien nom), nous décidons d’aller découvrir la salle consacrée à la musique électronique. La scène est au fond surplombée par les installations lumineuses. La techno retentit dans le box et nous en prenons plein la figure. Les jeux de lumières sont impressionnants et la qualité sonore est au rendez-vous. On perçoit particulièrement les basses et les infra-basses, les réglages semblent millimétrés, ça fait du bien de retrouver une qualité pareille. Konkørd est aux commandes, nous connaissions déjà sa facilité à faire danser les foules. Un set précis, efficace et apprécié. Vers 22h, le duo Tale Of Us s’installe derrière le deck. On ressent une certaine impatience dans la salle, alors que quelques secondes seulement nous sépare du DJ set des italiens. Ca commence, c’est doux, c’est fort et intense. On retrouve là une grande sensibilité autour de leur techno lancinante. Une chose est certaine, rien n’est à redire sur la technique et les transitions, c’est un véritable spectacle qui ravit les amateurs comme les plus pointilleux. L’envoûtement commence et on se laisse très vite porter par cette douce vague de kicks et de mélodies plus ou moins éthérées. Une berceuse dansante et prenante !

Tale Of Us à la Base sous-marine de Bordeaux, merci @iboatbordeaux ! #SUPERBETON #bordeauxmaville

A post shared by Lucas (Hirschmann) (@lucasperrot) on

Finalement, entre le cadre de la Base sous-marine et le millier de personnes réunis autour d’une seule et unique communion, on se pensait dans une immense messe électronique, et c’était très impressionnant à voir. Pas de bousculade, de la place pour danser, et encore une fois un public passionné et averti. Nous sommes retournés voir vivre l’installation du Studio 2roqs, et c’est toujours agréable. Plein de messages surgissent, de plus en plus drôle au fur et à mesure que la soirée avance. Certains même se répondent, on admire le tout le temps de reprendre nos esprits et un peu de force (bières) pour retourner danser. Nous assistons au final de Tale Of Us, une intensité incroyable monte dans la salle, et le public finit par applaudir avec ferveur. Des Clap Clap Clap pour remercier sincèrement l’artiste et l’organisation de cette événement, on est tous chanceux de faire partie de la fête, on le fait savoir. Monoloc arrive, et lance d’emblée une bombe techno croisée d’une inspiration bass music. C’est puissant, à l’image de son set tout entier. En totale profondeur, le système son est exceptionnel, et ça se ressent : il rend les DJ sets vraiment intenses. Monoloc enchaîne des tracks trépidantes, voluptueuses, sombres et lumineuses. Un éclectisme se dessine et s’assemble, rendant le tout cohérent et particulièrement prenant.

monoloc #SUPERBETON

A post shared by M A N O N G V R N R (@gvrnr___) on

Vers 1H30, peu de temps avant la fin de l’événement Super Beton #1, on décide de se mouvoir en direction de l’IBoat, braver le froid et l’humidité pour assister aux 5 ans de Concrete, avec Ben Vedren, Leo Pol (Live) et Lowris.