Front de Cadeaux est un duo composé de Maurizio & Ugo, deux gars qui se sont rencontrés il y a de nombreuses années et qui, depuis 2013, oeuvre sous cet alias – un pied de nez taquin à Front 242 – en jouant des disques pas loin d’être bon à jeter mais à la mauvaise vitesse, donnant ainsi une dimension féconde à une écoute renouvelée. Philosophie du mix reflétant des idéaux de vie, des titres revendicatifs, nous apprenons dans cette interview comment les deux compères envisagent la vie et la musique, en tant qu’activistes.

Pour ce 12ème podcast, Maurizio m’indique que « c’est une sélection de tracks bon à jeter qui sonne le funk cosmique à la mauvaise vitesse… quelques vibes d’été »

Interview de Front de Cadeaux

Comment est né le projet Front de Cadeaux ? Il y a combien de temps ?

Front de Cadeaux est né en 2013 avec la sortie du Pédé BPM EP (Roccodisco) mais nous nous connaissons et travaillons ensemble depuis 2006.

Quelle part ont le mix et la production dans votre duo ? Est-ce que l’un d’entre vous est plus enclin à l’un ou à l’autre ?

Non, nous sommes assez équivalents en termes d’apport. Le mix est toujours un back to back et notre amour pour le mixage remonte à notre jeunesse pour chacun d’entre nous. En ce qui concerne la production, Ugo travaille plus l’arrangement et Maurizio le mix.

Eclipse Podcast Front de Cadeaux - F2C

© Fotopia

Parlez-nous du Supreme Rallentato, quelles sont les principes et les valeurs derrière ce nom ?

Le SR est l’art de jouer des disques à la mauvaise vitesse (33 au lieu de 45rpm) mais c’est avant tout une philosophie qui consiste à opérer une rupture épistémologique appliquée à l’art du mixage. Le SR veut montrer que l’on peut produire un vrai groove avec des vinyles joués au ralentis c’est à dire 95 / 98 bpm et en jouant des vinyles “injouables” à la vitesse normale car trop rapide et peu intéressant musicalement.

Quelles opportunités offrent le ralentissement ? Qu’est-ce qui vous fascine dans cet exercice ?

Le plus fascinant c’est de récupérer des vinyles qui sont destinés à la poubelle ou encore vendus à 0, 50 centimes sur discogs et de leurs donner une deuxième ou troisième vie en les utilisant comme de la matière première. Le ralentissement offre un technologie supplémentaire à l’art du djing et du turntablism.

Que pensez-vous de cette idée de vitesse ? De la notion de « bonne » ou « mauvaise » vitesse ? A-t-elle un impact sur la manière dont vous produisez ?

L’idée de vitesse nous fait penser d’abord au néolibéralisme de l’industrie (musicale aussi) et au machisme du plus gros bpm. Le ralentissement c’est briser cette dynamique de la compétition et du formellement correcte. Jouer du 98 bpm en peak time et pas vider la salle est le constat qui nous a poussé à appliquer la même formule à nos productions.

Vous produisez avec quoi d’ailleurs ? Quel est le processus créatif derrière un track ?

Nous produisons en enregistrant de très longues sessions studio live dans lesquelles nous allons récupérer les idées qui nous inspirent. Nous invitons des guests (guitares, chants, synthé) aussi. Live Ableton nous sert principalement à enregistrer pour ensuite arranger et mixer. Nous utilisons également des samples de Mad Professor ce qui donne une couleur dub à certains de nos tracks.

Qui trouve les titres ? Pourquoi sont-ils en français ?

Les titres sont très souvent des private joke que l’on colle à nos tracks. Les titres sont parfois en français car Maurizio vit à Bruxelles. Les titres sont également en français car c’est plus sexy et moins banal qu’en anglais..

Ces titres dénoncent avec humour l’uniformisation des soirées du circuit gay, votre musique est à l’encontre des concepts de bonne ou mauvaise vitesse, est-ce que F2C est revendicatif ? Parlez-nous de vos idéaux s’il y en a.

Nous sommes des activistes et cela depuis bien avant le F2C. Nous aimons critiquer le circuit gay car il nous interpelle sur le pourrissement de la culture en général mais surtout sur celui de la gay culture qui a pourtant été à l’origine de la House Music. We Slowly Rot est un manifeste qui dénonce aussi ce vidage de l’intérieur de la dance music de ses racines gay underground et queer.

We Slowly Rot - Front De Cadeaux