Pour ce dixième opus, nous avons convié le co-fondateur de la jeune Ola Radio à nous présenter son univers. Au-delà des frontières des genres, Meryl nous promène à travers le large spectre de ses influences pendant près d’une heure et demie. Enregistré durant l’été à la Halle des Chartrons où la webradio a établi une résidence, invitant Maceo et Gabriel pour habiller l’espace de structures tout droit sorti de leur imagination, des artistes de passage comme Tushen Raï ou pour y délocaliser des émissions récurrentes, le set retranscrit l’énergie de ce moment éphémère, de deux jours d’événements particuliers où d’ailleurs notre résident Hirschmann a été invité.

Interview de Meryl, co-fondateur d’Ola Radio

Qu’est-ce qui t’a poussé derrière les platines ?

Autrefois j’invitais des dj’s sur Bordeaux avec le collectif MICROKOSM que j’ai cofondé avec des amis. Au fond, j’ai toujours eu envie de passer derrière le booth mais plus t’attends moins t’as envie de te lancer. En montant ce nouveau projet qu’est Ola Radio, c’était un peu comme un nouveau départ, du coup le pas était plus facile à franchir. Avec la radio, mon quotidien est rythmé par les musiques électroniques, ça doit certainement y jouer aussi.

Comment envisages-tu un podcast ?

J’essaie de me démarquer au mieux, tout en sachant que c’est impossible. J’aime mélanger différents styles de musique dans un podcast sinon je m’ennuie très vite.

Tu es le co-fondateur d’Ola Radio, où te vois-tu dans 5 ans ?

Ah ça, je ne peux pas te dire, ma vision j’essaie de la stopper à 1 an devant moi. D’après moi, avoir une vision plus grande ne te permet pas d’être heureux ni d’être productif sur l’instant T. Je suis très épanoui dans la radio, on a beaucoup de boulot au quotidien. Ce que je peux te dire c’est que ce projet, j’ai la volonté de le faire grandir au maximum.

Est-ce que produire ta propre musique ça te parle ?

Du tout. Je n’ai pas cette âme créatrice.