À l’occasion de sa venue ce samedi à l’IBOAT, pour son format L’Acid Rendez Vous, nous avons confié les commandes de ce cinquième podcast à Pépé Del Noche. Plus de 25 ans derrière les decks, de la rave trance-goa aux platines du Palace, d’un sombre hangar aux platines de Rinse France, Benjamin est un artiste qui s’est retrouvé (au sens propre comme au figuré) dans cette veine de trance ralentie, de shamanisme mental et d’explorations introspectives.

Interview de Pépé Del Noche

Peux-tu nous parler de ton parcours musical ?

Adolescent j’étais fan de rock psychédélique, Jimi Hendrix, Pink Floyd, les Doors, puis j’ai découvert à 16 ans la musique électronique en allant en rave. Je me suis directement acheté deux platines et une table de mixage. Je me suis orienté assez rapidement sur le style Goa / Trance et j’ai commencé à tourner dans le milieu des raves et des clubs jusqu’à la fin des années 90. Dans les années 2000 je me suis éloigné pour des raisons personnelles de la musique électronique et de mon activité de DJ jusqu’à l’arrêter définitivement.

Ce n’est qu’en 2014 que j’ai redécouvert un son nouveau avec des artistes comme Vladimir Ivkovic, Andrew Weatherall ,Timothy J.Fairplay et toute cette vague d’artistes qui jouaient plus psychédélique ,et lent, Acid, Disco Not Disco, Leftfield. Et, c’est ce qui m’a motivé à rejouer et refaire des soirées. 

À quel moment Hytrek est-il devenu Pépé Del Noche ? Pourquoi ce nom ?

Hytrek est mon nom de famille, que j’ai choisi directement comme nom de DJ dans les années 90. Pépé del Noche, pas toujours facile à porter, lol, est survenu en quelques minutes, pas comme nom d’artiste mais pour la création d’un second compte Facebook pour troller des potes et dire des conneries. Finalement ce nom m’est resté !

Qu’as-tu voulu transmettre dans ce podcast ? T’étais dans quel mood lorsque tu l’as enregistré ?

Dans ce podcast je n’ai pas voulu transmettre quelque chose en particulier juste jouer mon son du moment avec pas mal d’édits sur lesquels je travaille actuellement et les tracks que m’envoient labels et artistes. Pour le mode, c’est plutôt retour de Berlin pour mon anniversaire avec grosse bronchite ! 

Tu joues à des tempos plutôt bas, pourquoi ce choix ? Est-ce un signe d’apaisement ?

Effectivement je joue des tempo assez bas car ma musique est empreinte d’hypnotisme et plutôt mentale, dans un esprit de transe, loin de la musique 4×4 et autoroute. Je cherche plus la musicalité, peu importe le tempo pourvu qu’on ait l’ivresse ! De toute façon je pense que pour le futur le tempo aura de moins en moins d’importance pour l’énergie de la danse…

Eclipse Collective Podcast #5 : Pépé Del Noche