Birouette, paire bordelaise derrière les platines qui, au fil des sélections, présente un paysage sonore de plus en plus épais, continue sa route et dévoile le large spectre de 2020 qui a su les inspirer.  Entre des sorties entêtantes, des polémiques et des acteurs locaux bien ancrés, ce Ten Essentials de l’année écoulée est à leur image : sérieuse et hétéroclite.

Wordmark de la photo en couverture © Bureau Nuits

Birouette présente son Ten Essentials de 2020

Anunaku & DJ Plead – 032

Très très lourde sortie sur AD 93 (anciennement Whities) entre deux producteurs ultra talentueux : Anunaku (aka TSVI) et l’australien DJ Plead. Du gros break et plein d’influences qui se mélangent dans ses trois bangers.

Frappé Records – Fête en l’air (various)

Plutôt orienté house, cette sortie de potes parisiens nous rappelle l’importance du rôle du dancefloor dans une période comme celle qu’on traverse.

Freeze Corleone – Rap Catéchisme

Malgré la polémique qui a entouré la sortie de La Menace Fantôme (LMF), force est de constater que Freeze Corleone a sorti l’un des meilleurs albums rap de cette année si particulière. Les punchlines assassines résonnent sur des sonorités drill encore si peu exploitées en France. D’aucuns diront que cet album sera à la drill ce que Or noir de Karris a été à la trap en France. Mention spéciale pour le morceau Tarkov, qui donne envie de se replonger dans le jeu vidéo du même nom (Escape from Tarkov), sans oublier le featuring détonnant avec l’Alpha boss.

Jean-Baptiste Cognet – Ocean Of Grey

Très bel EP du lyonnais Jean-Baptiste Cognet sorti pendant le premier confinement et « à écouter de nuit » à en croire le Bandcamp de l’artiste. Cinq titres très riches entre ambient électronique et pop, la grande classe. Le morceau « Ocean of grey » fait particulièrement voyager. On croit savoir que l’artiste prépare un nouveau disque pour la fin de l’année, à base de boucles, on a hâte de se plonger dedans aussi.

Lyra Pramuk – Witness

Américaine mais basée à Berlin, Lyra Pramuk signe avec Foutain une œuvre faite d’expérimentations sonores, plaçant la voix au cœur du processus de création (c’est le seul instrument utilisé dans tout l’album, transformé, modulé). C’est très beau, il y a une dimension presque religieuse qui s’en dégage. Un truc assez avant-gardiste mais qui procure une expérience d’écoute singulière.

Malcolm – Badman

Malcolm est un artiste dont on apprécie beaucoup l’univers (avec qui on a eu la chance de jouer à Bordeaux lors d’une teuf de Ciao) et la qualité de ses sorties, à la fois sur son excellent label Global Warming (on conseille d’ailleurs aussi les très bons disques de Jon Beige et Ouai Stéphane dessus cette année) ou qu’il concocte ailleurs, comme ce Baptem EP sur Biologic Records. On apprécie beaucoup le morceau « Badman », avec sa basse ravageuse, et ses influences diverses entre soundsystem, rave…

Marie Davidson & L’Œil Nu – Renegade Breakdown

On est des grands fans du taff de la canadienne Marie Davidson qui, même si elle annonçait vouloir quitter les clubs, continue de briller par ce qu’elle continue de produire, à l’image de Renegade Breakdown, sur Ninja Tune. Pour l’occasion elle s’est associée avec son mec (également moitié de leur premier excellent groupe Essaie Pas) et du musicien Asaël R. Robitaille.

Rick Wade  – Message

Bande sonore sortie en référence au projet/livre de Ian Urbina The Ocean Outlaw Project, Rick Wade sort là un très bel EP entre musique de films, breakbeat, world music, ou house qui lui est plus caractéristique. Le titre The Message résume bien tous les combats que le livre soulignent au sujet des océans, dernière frontière sauvage de la planète…

Syz – Circulate

Basé à Bristol, Syz a récemment sorti un EP taillé pour le dancefloor, dont ce « Circulate » qui devrait faire un nombre de dégâts importants à la réouverture des clubs…

Yvonne Archer – Ain’t Nobody

Cette réédition de « Ain’t Nobody » d’Yvonne Archer sortie sur le label australien Isle of Jura records est vraiment agréable à redécouvrir. On préfère cette interprétation à celle de Chaka Khan par ses sonorités plus roots. L’edit de Jura Soundsystem vient amener un coté déconstruit au morceau, faisant de cet EP une belle sortie de 2020.