Le Ritmo  Fatale c’est une atmosphère, une ambiance, un timbre, une esthétique, une envie. Kendal et Paul sont les deux gars qui ont eu l’idée de partir à la conquête du Ritmo Fatale, de ce truc qui fait qu’on a la flamme qui s’allume. Avec deux compilations mortelles où l’on croise Señor Chugger, Djedjotronic, Pablo Bozzi, Arabian Panther ou encore David Carretta, les gars ne s’arrête pas là et projette de signer le brésilien Neurotiker, un split LP de Mimmo & Hirschmann puis un disque de la moitié des Oktober Lieber : Cate Hortl.  J’ai voulu en savoir plus et leur laisser parole pour qu’il revienne sur 2020, et possiblement les Ritmo Fatale de 2020, avec un Ten Essentials.

La photo de couverture est de © Tabatha Dylan Lou

Ritmo Fatale présente son Ten Essentials de 2020

Paul, co-fondateur de Ritmo Fatale, démarre la sélection avec cinq tracks :
E-Saggila – Redcloud

L’artiste Iraquienne basée à Toronto, Rita Mikhael aka E-Saggila a sorti cette année son cinquième album, cette fois-ci sur le label New Yorkais Hospital Productions. Redcloud ouvre le bal, titre complexe, parfois oppressant mais qui n’en reste pas moins fascinant. Tout comme les 8 autres titres de ce très riche Corporate Cross.

Lord of The Isles feat. Ellen Renton – Passing

Voyage absolument fascinant que nous offre Lord Of The Isles. Directement inspiré par les poèmes de l’auteure irlandaise Ellen Renton, l’Ecossais sublime ses mots avec une production solaire, onirique, quasi hypnotique. Au fil de l’écoute et des paroles, touchantes et alarmantes, on commence à se rendre compte que cet onirisme ne sera bel et bien que passager. Cette dualité fait de ces 20 minutes une œuvre unique et hyper puissante. La plus belle chose à retenir de 2020, et ma bande son perso du confinement.

Jex Opolis – The Love Photography

Gardez au chaud une partie des thunes de Noël de vos grands-parents afin de les dépenser dans la disco de Jex O lors du prochain Bandcamp Day. Le producteur Canadien aura marqué cette année avec un album et deux EPs gorgés de synth pop savamment croisée avec des influences electro, new wave et italo. Listen to the Band (Club Mix) ou Jan Hammer sont indéniablement deux gros tubes italo disco en puissance mais sa disco ne se résume pas à ça, c’est pourquoi j’ai choisi The Love Photography, sur lequel Roxy Music n’est vraiment pas loin du tout.

Tiger & Woods – Rio Rio Rio

Déjà 10 ans de bons et loyaux services pour Larry Tiger et David Woods. Ils sont toujours là et pour notre plus grand plaisir plus en forme que jamais, comme l’atteste cet héroïque Rio Rio Rio.

Dry Cleaning – Scratchcard Lanyard

On termine avec le post-punk des Anglais Dry Cleaning, et le premier single de leur album à venir chez 4AD (The National, Future Islands, Deerhunter). La très bonne découverte de cette fin d’année, entendue tout récemment dans les sélections toujours impeccables de Patrick Holland sur Rinse FM.

Au tour de la sélection de Kendal :
Linea Aspera – Equilibrium

Écoutant quasiment que de la minimal synth/wave chez moi et ayant bien poncé le premier album de Linea Aspera, j’étais impatient de découvrir sa suite après une pause de 8 ans… quelle claque ! En 8 tracks, ils explorent toutes les facettes du genre sublimé à chaque fois par la voix d’Alison Lewis. Chaque écoute est encore meilleure que la précédente. Ils ont réussi à faire une « Empire contre-attaque », bravo !

Pablo Bozzi – Last Moscow Mule

Track de l’année pour moi. Aucune hésitation. Pablo c’est mon sang et ça fait plaisir de voir comment il a tout cassé cette année entre sa résidence sur HOR et ses trois EPs. Que ça soit sur nos projets perso, nos collabs ou nos mixs on partage ce même goût pour l’hybridation sonore qui modernise le son 80’s/90s. D’ailleurs on sort ce printemps notre album sous l’alias INFRAVISION, de la No Future Disco pour cyberpunk, stay tuned !

Marlon Hoffstadt – Planet Love

J’aime autant l’italo disco que la early trance mais le problème c’est qu’il y a 95% de track over the top pour 5% de morceaux sublimes. Marlon arrive justement à générer l’euphorie que produit les plus beaux morceaux du genre en puisant juste ce qu’il faut dans le meilleur des mélodies et pads de la trance 90s. Ce qui est fort c’est que malgré des influences très marquées, à chacun de ses tracks on capte immédiatement que c’est lui. Personnellement je me reconnais à fond dans ses productions addictives pleines d’émotions avec lesquelles tu peux aussi casser le club.

Senor Chugger – Head in the Cloud of Smoke

My evil twin from a different mother. Son premier EP chez Moustache est une tuerie. Ce track est parfait de bout en bout, c’est simple dès qu’à un apéro j’ai le tél en charge du son c’est le premier track que je mets sans réfléchir. Y a pas plus catchy. Je suis super content de l’avoir signé sur notre première release Ritmo Fatale. Au passage big shout out à David d’avoir pris le risque de sortir pour chacun notre premier vinyle sur son label.

Too Smooth Christ – Shasah

Ce morceau de Too Smooth Christ m’a obsédé dès la première écoute. C’est simple, dès que tu me mets un son de type Choir Korg M1 je superlike direct.  Ce track c’est une sorte de virée folle IDM et acid à la fois douce et infernale qui serait parfaite pour rythmer des parties de Wipeout. Un producteur très prolifique et hyper talentueux que j’ai découvert via cet EP. Je recommande ! Au passage big shout out à Nocta Numerica, D.A. toujours impeccable avec constamment du bon à chaque release.

Si vous souhaitez soutenir les artistes en achetant leur musique, tout est repris ici.