Si vous êtes bordelais, et que vous aimez un tant soit peu la musique électronique, vous avez forcément entendu parler de Loner. Résident et ancien activiste chez SeekSickSound Bordeaux, Loner est actif derrière les platines depuis 2004. Curateur des soirées Mirage Act sur Bordeaux, souvent présent sur les line-up des Syndrome à l’IBOAT, Loner a partagé l’affiche avec une flopée d’artistes reconnus : Jeff Mills, Zadig, James Ruskin, Simo Cell, Objekt, Cassegrain & Tin Man, DJ Stingray, Xhin pour ne citer qu’eux. Il a aussi invité au cours de ses soirées un beau palmarès : Differ-Ent aka DJ Bone, Minimum Syndicat, Overmono (Tessela & Truss), Bruce, Umwelt, Head Front Panel, et d’autres. Bref, vous l’aurez compris, Loner c’est notre local hero de la techno, un DJ à la sélecta minutieuse, et c’est bien pour ça que Zadig l’a invité à jouer au Tresor, à Berlin, et qu’il a été booké le 17 mars au Berghain, rien que ça.

On ne pouvait manquer l’occasion de se plonger dans son univers en lui posant quelques questions mais surtout en lui laissant carte-blanche sur le choix des morceaux, mais comme toujours on lui a imposé le format de dix essentiels.

Pourquoi et comment es-tu passé derrière les platines ? L’amour du vinyle, ça remonte à tes débuts ?

Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était en 2004, je me suis procuré ma première paire de platines avec une mixette assez rudimentaire après avoir regardé pas loin d’une centaine de fois le Purpose Maker Mix de Jeff Mills. N’ayant pas eu les moyens de me payer une paire de Technics je me suis fait la main avec des platines avec un entrainement par courroie et plateau en plastique. C’était l’enfer total ! Après avoir poncé quelques disques que ma mère avait dans sa collection, j’ai commencé à me faire la mienne en allant chercher mes premiers disques chez Tricks (ancien disquaire bordelais techno / drum’n’bass / hardcore qui se situait Cours de la Somme – RIP), sur les charts des magazines et sur internet.

Ton meilleur souvenir de DJ set ?

Définitivement la 75021 au 6B, été 2014. J’ai eu le plaisir de pouvoir clôturer la salle du 1 er étage pour l’anniversaire des 2 ans. Il y avait vraiment une atmosphère particulière là-bas que je n’ai jamais ressentie ailleurs.

L’artiste avec qui tu rêvais / rêverais de partager l’affiche ?

Jeff Mills. Cela a été chose faite avec SSS en 2014. 

Ten Essentials de Loner

Demdike Stare – Falling Of The Edge (Alternate Version)

Il y a les adeptes du sampling version pillage de banque de samples puis il y a ceux qui y donnent du sens en disséquant leurs collections de disques comme Demdike Stare.

Vessel – Silten

La scène bristolienne est un énorme vivier de talents. Si je devais en choisir un là maintenant, ce serait Vessel (membre du collectif Young Echo). J’écoute souvent cet album ‘Order Of Noise’.

Lanark Artefax – Glasz

Mis en avant sur UIQ par Lee Gamble il y 2 ans, le mec est en train de tout casser.

Ramadanman – Blimey

Pearson Sound derrière celle-ci. Une de mes préférées du catalogue Hessle Audio depuis un moment. Tout a été réduit dans ce morceau au strict minimum. Le clou, cette partie de field recording intelligemment dosée. Redoutablement efficace.

Yally – Dread Risk

Pour être bon client de la musique de Raime et de leur univers j’ai directement accroché à ce qu’ils ont sorti sous Yally. Quelle tension ! A écouter très très fort.

Studio Pressure – Fusion

J’aime varier les vitesses et les styles dans mes DJ set. Il faut que ce soit irrégulier sinon je m’emmerde vite. Si le contexte le permet je n’hésite pas à jouer de la d’n’b et/ou de la jungle. C’est parfois compliqué notamment à Bordeaux mais je pense qu’il faut provoquer les choses de temps en temps. Bref, un Photek y passe souvent.

Shackleton – Dominion Rings

Shackleton, alors là c’est level-up. Grand maître de la basse fréquence. Sa musique est si fine. Je suis un taré de ses vieux Skull Disco.

Mad Mike – Hi-Tech Dreams

La musique de Detroit m’a beaucoup inspiré et m’inspire toujours autant. J’ai un bon nombre de disques de UR dans ma collec c’est difficile de faire un choix. Vu l’heure je vais mettre ce Mad Mike.

Jeff Mills – Reverting

Un des tout premier disque que j’ai rentré dans ma collec avec le Kat Moda. Tip comme on dit ! 

LFO vs Fuse – Loop (Fuse Mix)

LFO bien évidemment. Il y a tellement de références à donner mais celui-ci ne quitte presque jamais mon bac. Mes proches connaissent bien le culte que je voue à Mark Bell, ils ne seront donc pas étonnés de m’entendre le jouer encore longtemps.