Baron, maître de cérémonie de la bande Crème Fraîche, machiniste d’Arthur Joyeux, est un de ces gars à la sélection large et fournie. C’est un plaisir pour nous que de l’inviter à un nouvel exercice, celui de faire un Ten Essentials, mais un top 10 de la décennie qui s’achève très prochainement. Voici quelques mots de sa part :

« Quand Eclipse Collective m’a proposé de sélectionner 10 morceaux qui selon moi ont marqué la décennie qui s’achève, j’ai vite réalisé à quel point cela allait être difficile (voire impossible) de faire une liste cohérente et exhaustive, tout en restant fidèle à mes propres goûts tellement j’ai un gros appétit musical, et dans des styles complètement différents. C’est pourquoi je vous propose ici une sélection tout à fait subjective, qui reflète une grande partie de mes coups de cœur au travers des genres qui m’auront le plus fait vibrer ces dix dernières années »

Baron, Ten Essentials de la décennie 2010-2019

Agoria ft. Carl Craig & La Scalars – Speechless (Whisper Dub) – Infiné (2011)

C’est mon pote Nils qui m’a passé le disque en mode « je m’en sert plus alors tiens, fais-toi plaisir ». Je me souviens encore de ce feeling la première fois que je l’ai écouté sur ma platine, le même que je ressens à chaque fois que je le joue. Un véritable délice.

Frank Ocean – Crack Rock – Island Def Jam Music Group (2012)

L’album « channel ORANGE » de Frank Ocean, sorti en 2012 sur Island Def Jam Music Group, est tout simplement le seul album de RnB que j’ai écouté ces dix dernières années. Pour l’illustrer j’ai choisi avec beaucoup de difficultés le morceau « Crack Rock », mais j’aurais pu proposer également « Think About You », « Sweet Life », « Super Rich Kids », « Lost », « Pink Matter », « Pyramids », et j’en passe.. un album essentiel pour tout RnB lover !

John Maus – Bennington – Ribbon Music (2012)

Il y a pléthore d’artistes et de morceaux synth-pop, cold-wave ou post-punk que j’aurais voulu partager ici. J’ai choisi de parler de John Maus car sa discographie m’impressionne tant par la qualité que sa quantité. J’ai découvert John Maus sur Youtube en 2017 alors qu’il venait de sortir l’album « Screen Memories » que je me suis empressé d’acheter chez Total Heaven (après l’avoir entendu en entier chez mon bon copain Yannis). Ce n’est que plus tard que j’ai trouvé « Bennington » (d’ailleurs j’ai pleuré quand j’ai vu les prix sur Discogs). Ce titre figure sur une compilation de vieux morceaux inédits, édité par Ribbon Music en 2012. Quand la nappe de synthé arrive au moment du refrain, j’ai carrément des frissons dans tout le haut du corps. Ce morceau m’obsède, je vous invite à aller écouter le reste de sa discographie qui regorge de pépites quasi intemporelles.

Saâda Bonaire – The Facts – Captured Tracks, Fantasy Memory (2013)

Pour moi c’est LE disque de la décennie ! Ce projet pop-art allemand des années 1980 signé en major et aussitôt mis aux oubliettes en raison du succès à l’époque du single de Tina Turner « Private Dancer » sur lequel le label va mettre tous ses efforts, combiné à des dépenses artistiques trop excessives. Le disque est un mélange étonnant et pointu combinant minimalisme électronique, funk et disco chargés de groove et de folk turc et kurde. 30 ans plus tard le label Captured Tracks trouve les morceaux et décide de les sortir sous forme de compilation en 2013 et un EP de covers en 2015.

Ajukaja & Andrevski –‎ Rare Birds EP – Levels (2014)

Un de mes disques favoris de la décennie que je ne décrirai pas pour vous laisser le plaisir de le découvrir et de ressentir par vous même son effet. Enjoy !

Xen – All Of The Sun – Malka Tuti (2015)

C’est la première release de l’excellent et incontournable label Malka Tuti qui a également sorti de disques phares de Tapan, Die Orangen, Cosmo Vitelli ou encore Khidja. Ce disque fait mouche à tous les coups !

Roy Of The Ravers – Emotinium – Acid Waxa / Emotional Response (2016)

J’aurais pu faire dix top 10 dans le genre, parce qu’il y a beaucoup d’artistes qui ont fait des superbes morceaux « Dj tool » Electro / Acid ces dix dernières années, mais j’ai eu un immense coup de cœur pour ce dernier, initialement sorti en cassette sur Acid Waxa en 2015, puis en maxi vinyle sur Acid Waxa / Emotional Response en 2016. Un track qui a donné du bonheur à beaucoup de monde c’est certain, et qui tend, comme le dit bien la bio de Roy Of The Ravers, à mettre un terme au son acid pour TOUJOURS… (ou pas) ;P

SW. – Untitled (Beat Mix) – SUED (2017)

Véritable chef d’œuvre produit par SW. aka Stefan Wust de la clique SUED, idéal pour transporter ton dj set (ou ton propre état) d’un niveau à un autre. À mes oreilles, il sonne comme le morceau techno parfait, savant mélange de bass musique et de breakbeat tribal et hypnotique. J’en place une au passage pour les artistes qui gravitent autour de SUED comme SVN, Dynamo Dreesn, XI, PG Sounds, Paleo (…) pour leur travail remarquable depuis plus de 15 ans.

KiNK – E 79 – Ovum Recordings (2010)

Immense respect à Kink, en tant que fan je me devais d’en parler, pour toute son œuvre et son attitude en tant qu’artiste. « E 79 » c’est mon coup de cœur de tous les temps, d’ailleurs il apparaitra certainement dans la playlist à mon enterrement ☺

Yoshinori Hayashi – 759 – Jheri Tracks (2018)

Et voilà j’arrive déjà au dixième et dernier morceau de la sélection, et je n’ai pas pu évoquer l’excellent travail de compilation et de réédition de Nosedrip avec son label STROOM, les productions avant-gardistes et dubifiées de la team Wania / Sex Tags Mania de Dj Sotofett (et Dj Fett Burger) ou encore l’effort de défrichage passionnant du label Knekelhuis drivé par Mark Van de Maat, sans oublier nos valeureux labels hexagonaux tel qu’Antinote, BFDM, Fragile, Les Disques de la Mort, Idle Press (…) et toute la vibe canadienne des Mood Hut, Acting Press, NAFF, 1080p, Pacific Rhythm, Tabernacle ou encore celle des australiens Sleep D et leur label Butter Sessions… (vraiment désolé pour les oublis et pour tout ce que je n’ai pas encore découvert ^^).

Alors j’ai finalement choisi ce magnifique morceau aux sonorités dub et à l’atmosphère profonde et planante. Un morceau produit par Yoshinori Hayashi, artiste singulier en pleine ascension !